Advertisement

Jurassic World: Dominion Dominates Fandom Wikis - The Loop

01:25

Le télécran est une sorte de téléviseur pouvant également émettre. Les télécrans sont omniprésents dans l’univers du roman 1984 de George Orwell et servent aussi bien à la vidéosurveillance qu’à la diffusion de la propagande. Les individus n’ont aucun contrôle sur ceux-ci qui fonctionnent en permanence. Il est toutefois possible d’en baisser un peu le son.

Au domicile et sur les lieux de travail des membres du Parti, ainsi que dans les lieux publics, sont disposés des « télécrans », système de vidéo-surveillance et de télévision qui diffusent en permanence les messages du Parti et surveillent simultanément. Les télécrans permettent à la police de la Pensée d’entendre et de voir ce qui se fait dans chaque pièce où s’en trouve un. Seuls les membres du parti intérieur peuvent arrêter le télécran qui se trouve à leur domicile pendant une courte période. Allumés en permanence, ils abrutissent la population, puisque les livres et le développement de l’imaginaire sont interdits par la loi. Les pompiers pyromanes sont d’ailleurs chargés de brûler les livres et de pourchasser les asociaux.

Orwell a, si l’on peut dire, manifestement sauté sur une innovation qui faisait débat à l’époque: la télévision, dont le nom était en lui-même tout un programme. La confusion entre récepteur et caméra était, en outre, une inquiétude répandue aux débuts de la télévision, certaines des rares personnes équipées se croyant surveillées par l’appareil. On peut déceler un écho de cette idée dans 2001 : l’odyssée de l’espace, de Stanley Kubrick, ou l’ordinateur Hal 9000 surveille en permanence le vaisseau spatial et ses passagers par ses innombrables et inquiétants objectifs de caméra rougeâtres.

Il est remarquable que le pays de George Orwell, la Grande-Bretagne, soit aujourd’hui le plus densément équipé en réseaux de télésurveillance : on compterait une caméra pour 15 habitants.

Corentin Bentalia, Thomas Thierry, Lucie Descrambes

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA.